Orchestre Rouge "Yellow laughter"

Publié le par Cyril Caucat

Orchestre Rouge "Yellow laughter"

Orchestre Rouge « Yellow laughter » (1982 – RCA)

L’américain Théo Hakola (Passion Fodder, producteur du premier disque de Noir Désir…) s’installe à Paris en 1978 où il fonde Orchestre Rouge en 1981. Un nom de groupe audacieux pour un citoyen à la bannière étoilée puisque l’organisation Orchestre Rouge était un réseau de résistance communiste créé par l’URSS en Europe pendant la seconde guerre mondiale.

Côté musique, c’est dans un style s’inspirant de Joy Division et des new-yorkais Television que le premier album « Yellow laugher » est conçu à Manchester et produit par Martin Hannett l’ingénieur du son du label Factory. J’ai toujours été fasciné par la pochette de ce disque, avec sa photo rappelant à la fois la Guerre d’Espagne, ou les kolkhozes russes…

Cet album est un bijou Post-punk, New-wave avec des titres magiques comme « Je Cherche Une Drogue (Qui Ne Fait Pas Mal) » où ça joue tendu et rentré. Un pur chef d’œuvre.

Une basse énorme, une batterie avec une reverb monstrueuse, une voix originale, des textes acérés et engagés, des guitares aiguisées, comme un chaos maitrisé. Orchestre rouge fait songer à Public Image Limited, ce n’est pas rien… C’est sublime. Il y avait en ce temps en France des groupes comme Marquis de Sade aussi dans des registres similaires. Mais Orchestre Rouge c’était plus nerveux, plus urgent, et plus crade… Le groupe signera un deuxième album dans la foulée et se séparera aussi vite qu’il était apparu. De quoi rajouter aux mythes…

P.S : La pochette présentée est celle de la réédition de 2007 (les deux albums avec des inédits)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article